Les tuyaux d’arrosage : comment choisir ?

Pour prendre soin des plantes du jardin, il est indispensable de les nourrir en eau. Pour ce faire, il est important de s’équiper du matériel nécessaire. Le premier accessoire indispensable pour bien « arroser » les végétaux est assurément le tuyau d’arrosage et son choix se fera en fonction des besoins et des exigences de tout un chacun.

Les critères à prendre en compte

La longueur des tuyaux d’arrosage

La mesure idéale est de 20 mètres. Les tuyaux de dimensions supérieures sont plus lourds, moins souples et de ce fait, plus ardus à manipuler. Si une longueur additionnelle est indispensable, il est plus judicieux de faire installer un ou des points d’eau supplémentaires.

Le diamètre

Ce critère définit le débit garanti par le matériel. Mais attention, les mesures ne parlent pas d’elles-mêmes, il faut savoir qu’un tuyau de 19 millimètres pourvoit un débit deux fois supérieur à celui de 13 millimètre. Les diamètres les plus communs sont de 15 et de 19 millimètres. La première est idéale pour arroser un jardin ou laver une voiture. La deuxième est parfaite pour les pressions faibles ou les tuyaux de longueur importante. En outre, lorsque l’on possède une pompe d’arrosage, un tuyau d’un diamètre de 25 ou de 30 millimètres est nécessaire.

Les dernières vérifications

Pour faire le meilleur choix, il est avisé de lire attentivement l’étiquette du produit pour en connaître quelques spécificités. Cette vignette indique le diamètre ainsi que la longueur du produit. Elle montre également la pression maximale admise en sachant que la norme se situe entre 2 et 5 bars. Ensuite, elle permet de connaître le nombre de couches qui constituent le tuyau. La plupart des matériels en possèdent 3 à 5. Dans tous les cas, plus ce nombre est important, plus le tuyau est robuste et performant (et il est bien sûr plus onéreux !). Enfin, l’étiquette nous informe de la garantie du constructeur qui peut aller de 8 à 20 ans.

guide tuyaux arrosage

Les types de tuyaux d’’arrosage

Il est possible de choisir le tuyau en fonction de la surface du jardin. D’un autre côté, il est important de bien choisir son diamètre et son épaisseur qui est garant de la robustesse du matériel.

Le tuyau monocouche

Il s’agit du tuyau le plus classique. Il est conçu avec une unique couche transparente de PVC et il est dépourvu d’armatures. Son défaut réside dans le fait qu’il n’est pas assez résistant et supporte mal les pressions. Avec le temps, il devient dur et cassant et de même, il est très susceptible au gel. Il est conseillé pour les utilisations occasionnelles.

Le tuyau natté

Ce modèle est consolidé par une fibre de polyester qui est tressée sur sa surface. Il offre est un bon rapport qualité/prix et il est également résistant à la pression. Tout au long des utilisations, le tuyau tressé garde constamment son diamètre d’origine grâce à l’armature dont il est équipé. Le seul inconvénient est qu’il est raide est a une propension à se garrotter et à faire des plissements. Il est idéal pour un usage normal.

Le tuyau à spirale

Pour compenser les diverses torsions qui surviennent fréquemment avec le modèle tressé, ce type de tuyau est nanti d’un fil en spirale qui est enroulé sur toute la longueur du tuyau. Les étranglements et les plis sont toujours présents comme dans le cas du modèle précédent. Ce tuyau est destiné à une utilisation répété dans son jardin.

Le système NTS

Grâce à ce système de tissage breveté, le tuyau ainsi réalisé est le plus performant. Les distorsions sont modérées, les nœuds et les étranglements sont également évités. D’un autre côté, le tuyau reste malléable et élastique. De même, il s’enroule et se déroule avec facilité et il résiste à la pression. Ce modèle est préconisé pour un usage intensif. Il est d’ailleurs très apprécié pour arroser les cours de tennis.

Choisir des tuyaux adaptés

Selon le débit d’eau désiré, il est possible de choisir adéquatement son tuyau. Le tuyau rond est le plus classique de tous. Il a un diamètre pouvant aller entre 13 et 30 millimètres peut être équipé de différents accessoires en l’occurrence les arroseurs canons qui peuvent être oscillants ou rotatifs et qui peuvent se présenter sous la forme de pistolet, de pomme ou de lance. Le tuyau plat peut être percé de trous. Lorsqu’il est déroulé sur le sol, il arrose l’espace qui l’environne par des jaillissements fins et doux sur une surface de 4 à 5 mètres de large et 25 mètres de longueur. Le tuyau microporeux fonctionne selon le même système que le précédent mais ses pores sont plus petits et le débit est alors plus fin. Il est idéal pour prendre soin des cultures délicates. Le tuyau en PVC dans sa version noire peut être nanti de goutteurs ou des micro-asperseurs. Il permet alors d’arroser les pieds des plantes avec une grande précision tout en économisant de l’eau.

Bien utiliser son tuyau d’arrosage

Des précautions doivent être prises dès l’acquisition du tuyau. Ce dernier est alors déroulé et l’on y fera couler de l’eau, ce qui permet au tuyau de prendre sa forme. Après chaque utilisation, il est avisé de ne pas poser le matériel sur des cailloux ou des plantes épineuses. Il ne sera pas non plus exposé directement à la lumière du soleil. Enfin, l’eau doit être entièrement évacuée et le tube est enroulé autour d’un dévidoir.

Pour que le tuyau puisse avoir une longue vie, quelques astuces sont d’une grande aide. Si le tuyau a une fâcheuse tendance à se tordre, il est avisé de le détortiller fréquemment. Lorsque l’on a recours à des colliers métalliques, il est important de ne pas tailler la surface du tuyau. Dans le cas où l’on utilise des raccords rapides, le diamètre doit être rigoureusement égal ou légèrement inférieur à celui du tube. En effet, une mauvaise étanchéité peut laisser incruster l’eau dans les couches internes du matériel. Les dévidoirs en plastique aux rebords arrondis seront préférés à ceux en matière métallique qui peuvent comporter des arêtes nuisibles.

Vous aimerez aussi...